B. L’emploi du subjonctif après une conjonction

1. On emploie le subjonctif après :

sans que
assez … pour que
trop … pour que
avant que
jusqu’à ce que
en attendant que
à condition que
à moins que
afin que
pour que
de manière que
de peur que
bien que / quoique
malgré que
où que
qui que
quoi que
si … que

Elle m’a soigné l’œil sans que j’aie mal.
Il est entré doucement, de peur que nous nous réveillions.

Fais ce travail, avant qu’il (ne) soit trop tard.
Il était nerveux jusqu’à ce que vous lui téléphoniez.
Je lisais en attendant que tu viennes.

Ils pouvaient alles en Italie, à condition qu’ils apprennent l’italien.
On sort, à moins que tu (ne) veuilles rester à la maison.

Elle parlait lentement afin que tu la comprennes.
Il faut être calme pour que tout aille bien.
Ceci est assez simple pour qu’il l’essaie.

C’était trop difficile pour sue nous réussissions.

Quoiqu’elle soit malade, elle a joué au tennis.
Elle a gagné, bien qu’elle soit très fatiguée.
Tu faisais beaucoup de fautes malgré que tu sois un bon élève.
Quoi qu’elle fasse, cela ne réussit pas.
Qui que vous soyez, vous devrez attendre votre tour.
Où qu’ils aillent, il fait froid partout.
Si difficile que ce soit, tu trouveras.

2. Cas spécial

De sorte que + subjonctif : une conséquence voulue ( = un but)

Travaille un peu plus, de sorte que tu réussisses.
Partez vite, de sorte qu’on ne vous voie pas.

3. Attention !

Le subjonctif s’emploie seulement quand le sujet de la proposition principale est différent du sujet de la proposition subordonnée.

Il voudrait que nous confirmions la réservation.
Je demande qu’il vienne.
Tu regrettes que je m’en aille ?